vendredi 25 février 2022


Tandis qu'il y a une narration médiatique

après une autre qui s'éteint,

Le réel c'est partout.


vendredi 18 février 2022

(Derrière est un au-delà)


Un conseil petit.

Vois ce qu'il se passe derrière les mots. 
Il n'y a pas que les mots. Pas que ce qui est affiché. Il y a les comportements. 
Écoute le bruit derrière les mots. 

Il y a les beaux discours. Des gens biens sur le papier. Qui cochent les critères des étiquettes que tu as appris à valider. Derrière il y a ce qu'il se passe à l'épreuve des faits. 
La réalité.

Sens les définitions faisandées, qui servent les postures et l'imposture. (Les gens aiment leurs drapeaux). Renifle l'expérience.
Les orties ça pique mais c'est un trésor. Les choses que tu connais, ce ne sont pas celles qu'on te sert sur un plateau, un savant mélange de beauté et de laideur. 
Et il y a aussi des mots qui soignent. Vois par toi-même. Derrière la cage, vole. Entre dans le monde.

(Derrière est un au-delà)
Les mots limite












 

jeudi 17 février 2022

Cartomancie et Ecriture

 


Formulation de processus cartomancien, qui est proche de la façon dont je travaille pour mes consultations, avant de faire une restitution audio à la personne qui consulte :

1) Se poser. Respirer. Visualiser son espace sacré de travail. Éventuellement, inviter ses guides, l'Univers, une entité particulière..., à apporter du soutien, de l'aide.

2) Formuler une intention ou poser une question, à l'écrit et à haute voix.

3) Tirer une carte avec cette intention, prendre le temps de se plonger dans la carte.

4) Écrire tout ce qui vient par rapport à cette combinaison carte / question ; les premiers ressentis, sensations, les histoires, les anecdotes, les symboles, etc.

L'effet c'est qu'on va se retrouver à écrire des choses qu'on n'aurait pas formulées - "encrées" dans la matière - sans le passage de l'écriture.
Entre autres choses, l'écriture crée, par ce geste même, une concentration et une détente, une méditation, qui fait sortir dans la matière des choses - qui surgissent. On s'étonne soi-même de sortir cela.
Le mental est canalisé. Il y a cet état de conscience élargie, en captation, qui s'installe facilement par la concentration sur l'écriture, un état de transe douce.

5) Aller jusqu'au bout du processus et clore ce petit voyage en revenant ici et maintenant, en libérant les énergies dans la matière.

Les consultations spécifiques que je propose : cliquer ici.



lundi 31 janvier 2022

Petite prière qui se murmure le dimanche soir

(Petite prière qui se murmure le dimanche soir)
entre deux cuillères de tisane
trois cuillères de miel
quelques miettes d'éclair



*
Le goût du sucre a fondu et s'est mélangé à la nuit
Il semble que le café ce matin en exhume les derniers grenaillons
D'étoiles dans les dents


lundi 27 décembre 2021

Nous sommes un mystère

 




NOUS SOMMES UN MYSTÈRE -

Je remets ce texte que j'avais partagé il y a quelque temps. En ces périodes de réunions familales ou amicales, il y a des petits phares de sauvetage dans l'océan 🔥

🔴 Mais avant, petit aparté sur les corps. Sur nos corps. Les corps changent. Nos corps changent. Nous avons une relation intime avec notre corps. Notre corps est notre forme ici. Notre forme sacrée. Personne n'est légitime à vous commenter votre corps, à l'objectiver, comme s'il était quelque chose de mesurable par rapport à un critère. La beauté n'a rien à voir avec ce genre de projection. Elle se goûte dans un autre espace. Vivons la beauté différemment, partageons-la différemment. Nous sommes un mystère 🔴

✨Voici cette retransmission ✨
Y songer, la relire, le plus souvent possible.
Et en particulier quand on n'a pas la ressource pour accueillir certaines paroles convenues de rapports convenus.
Une des choses les plus difficiles : voir le Vivant derrière le masque et le contacter dans ces rapports.

✨ « Quand je demande à ceux que je rencontre de me parler d'eux-mêmes, je suis souvent attristée par la pauvreté de ma moisson.
On me répond : je suis médecin, je suis comptable...
J'ajoute doucement : vous me comprenez mal. 
Je ne veux pas savoir quel rôle vous est confié cette saison au théâtre, mais qui vous êtes, ce qui vous habite, vous réjouit, vous saisit ? 
Beaucoup persistent à ne pas me comprendre, habitués qu'ils sont à ne pas attribuer d'importance à la vie qui bouge doucement en eux. 
On me dit : je suis médecin ou comptable mais rarement : 
ce matin, quand j'allais pour écarter le rideau, je n'ai plus reconnu ma main...
ou encore : je suis redescendu tout à l'heure reprendre dans la poubelle les vieilles pantoufles que j'y avais jetées la veille ; je crois que je les aime encore... ou je ne sais quoi de saugrenu, d'insensé, de vrai, de chaud comme un pain chaud que les enfants rapportent en courant du boulanger. 
Qui sait encore que la vie est une petite musique presque imperceptible qui va casser, se lasser, cesser si on ne se penche pas vers elle ?
Les choses que nos contemporains semblent juger importantes déterminent l'exact périmètre de l'insignifiance : les actualités, les prix, les cours de la Bourse, les modes, le bruit de la fureur, les vanités individuelles. 
Je ne veux savoir des êtres que je rencontre ni l'âge, ni le métier, ni la situation familiale ; j'ose prétendre que tout cela m'est clair à la seule manière dont ils ont ôté leur manteau. 
Ce que je veux savoir, c'est de quelle façon ils ont survécu au désespoir d'être séparé de l'Un par leur naissance, de quelle façon ils comblent le vide entre les grands rendez-vous de l'enfance, de la vieillesse et de la mort, et comment ils supportent de n'être pas tout sur cette terre. 
Je ne veux pas les entendre parler de cette part convenue de la réalité, toujours la même, le petit monde interlope et maffieux : ce qu'une époque fait miroiter du ciel dans la flaque graisseuse de ses conventions ! 
Je veux savoir ce qu'ils perçoivent de l'immensité qui bruit autour d'eux. 
Et j'ai souvent peur du refus féroce qui règne aujourd'hui, à sortir du périmètre assigné, à honorer l'immensité du monde créé...
Mais ce dont j'ai plus peur encore, c'est de ne pas assez aimer, de ne pas assez contaminer de ma passion de vivre ceux que je rencontre.»
(Christiane Singer, "Les sept nuits de la Reine") ✨

samedi 25 décembre 2021

 


LE JOYEUX NOËL DE L'AVENT-URE BIBLIOMANCIENNE ✨
C'est rigolo de recevoir ce que certains livres ont à nous souffler (quelques auteurx ont dû rire de là où ils sont).
Merci les créateurx, merci les œuvres qui ont leur propre caractère, et les objets livres également... Et merci à vous d'avoir suivi chaque jour l'ouverture d'une fenêtre en story.
Je vous souhaite un bon passage ✨
Camille