jeudi 13 juin 2019

L'assassinat




Regarde-les tous ces gens épris de liberté qui se ruent comme des charognards sur la bête à terre. Le spectacle n'est pas fini.

Ce comportement en dit bien plus, en toile de fond derrière le discours, modelable à l'envi. Construction à déconstruire. L'habileté masque ce qu'elle peut.
Révélation en négatif de ce qui assassine.

mardi 4 juin 2019

L'humide et l'obscur


"Une "surface plane à gérer...", voilà l'ultima ratio de la gouvernance. Sauf que l'on n'aplanit pas un espace sans "aplanir" aussi ceux qui y vivent. Les nouveaux habits de la préservation, tissés aujourd'hui de tout ce réseau computationnel, ne suffiront pas à cacher des siècles de dépossession, des siècles de colonisation. Ce planning en réseaux reconduit, à même le sol, la même violence."

(...)

[Citant Buffon, "Histoire naturelle", 1749 : ] ""La Nature brute est hideuse et mourante ; c'est Moi, Moi seul qui peux la rendre agréable et vivante : desséchons ces marais, animons ces eaux mortes en les faisant couler, formons-en des ruisseaux, des canaux ; employons cet élément actif et dévorateur qu'on nous avait caché et que nous ne devons qu'à nous-mêmes, mettons le feu à cette bourre superflue, à ces vieilles forêts déjà à demi consommées."
[et aux sorcières, camisards, sauvages, et tous autres gêneur.e.s qui les habitent, hé, hé, hé]

(...)

"Comme si une forme préétablie s'imposait à la matière inerte. Comme si les lumières venaient enfin éclairer l'informe basse-fosse du monde."

Dans Etre Forêts de Jean-Baptiste Vidalou.

Décoloniser son esprit. Elargir sa perception.
Je pense à toutes ces zones humides qui ont été asséchées, de façon méthodique depuis le XVIIIe, parce que "c'est sale". Avec leurs habitant.e.s. Humain.e.s, non-humain.e.s, plus qu'humain.e.s.
L'humide, l'obscur.
Je pense à Starhawk, entre autres, qui a pointé cette culture de la mise à distance, laquelle a méthodiquement écrasé les cultures de l'immanence, pour dresser le "pouvoir-sur".
Je pense au vagin de la femme, qui est aussi sale et humide.

Descends dans le monde. Décolonise ton esprit.

mercredi 29 mai 2019


Je suis en train de lire "Etre Forêts" de Jean-Baptiste Vidalou, collection Zones, chez La Découverte (merci !) ; extraits ici d'un chapitre qui parle de "compensation carbone" et d'"unité de biodiversité". Dites, vous voulez pas qu'on sorte de cet enfer ?!









Chtite cueillette



mardi 28 mai 2019


Merci pour le réel !

1 observation fait tomber 1000 discours.

Quand les experts redescendront de leur tour, de laquelle ils veulent tout planifier, le "bien" pourra peut-être laisser la place au vrai ?

Check lapin à toi Orwell ;)